Culture-Passion
PHILOSOPHIE
Michel Onfray                    Décadence

MIchel Onfray est un philosophe français, créateur de l'université populaire de Caen, très populaire dans les médias et auteur de plus de quatre-vingt ouvrages.
Influencé à la fois par le matérialisme, l'épicurisme, l'anarchisme, les cyniques et Nietzsche.
Décadence se présente comme une "histoire" du monde vue à travers l'histoire des religions, essentiellement la religion chrétienne. Pour lui, les religions sont avant tout des outils de domination qui coupent les hommes de la réalité du monde.
"Une religion, c'est une secte qui a réussi".
Pour Michel Onfray, le religion chrétienne, c'est la haine des corps et de la chair, le mépris de la sexualité, une vierge qui enfante...
C'est la religion du pouvoir ("Tout pouvoir vient de Dieu" -Saint Paul-) dont s'est habilement emparé l'empereur romain Constantin pour asseoir définitivement son empire.
Quant au rôle de la femme, ce même Paul écrit dans son Epître aux Corinthiens : "le chef de la femme, c'est l'homme".
C'est aussi la religion de l'intolérence et de la violence : "Quant à mes ennemis, ceux qui n'ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les ici, et égorgez-les tous devant moi !" Luc, 19,27
Et aussi Saint Augustin : "L'église persécute par amour et les impies par cruauté"
C'est aussi le religion de l'ignorance : Dieu interdit à l'homme de goûter du fruit de l'arbre de la connaissance -il défend à l'homme de chercher à savoir-. Et c'est la femme (!!!) qui va désobéir.

C'est aussi la religion de l'absurde :les sorcières fabriqueraient un onguent avec le corps de enfants tués par elles avant le baptême. Ce que le christianisme persécute dans la sorcière, c'est la femme, c'est Eve, c'est celle qui sait, qui a voulu savoir.
Ces incroyables procès d'animaux du Moyen-Age seraient ceux que les chrétiens font au serpent de la Genèse.

Michel Onfray rappelle que c'est le concile de Latran, en 1139, qui décida du célibat des prêtres -plus de papes mariés -.
Il s'attaque aussi à la religion des temps modernes, le communisme : le prolétariat tient dans le marxisme le rôle du Christ dans le christianisme. Le Constantin du communisme se nomme Lénine, qui fonde l'église marxiste-léniniste.

La dernière partie du livre traite de la déliquescence et du nihilisme européen.
D'abord par l'absurde, tel ce Concert de silence, marche funèbre composée pour les funérailles d'un grand homme sourd qui se présente comme une partition vierge parce que les grandes douleurs sont muettes (Alphonse Allais 1897).
Mai 68 constituerait alors le" troisième temps de la déchristianisation de l'Europe" puis viendrait le temps de l'islamisme pour qui être libre, c'est obéir, exercer sa raison, c'est croire.

Yuval Noah Harari                         Homo deus
Yuval Noah Harari, né en Israel, est enseignant en histoire, boudhiste et végétalien. Son ouvrage le plus connu est : Sapiens, une brève histoire de l'humanité, qui est un bestseller traduit dans près de 30 langues.
Le titre complet d'Homo deus est : Homo deus, une brève histoire de l'avenir (publié en 2017) .
Dans cet ouvrage, Harari s'interroge sur l'avenir de l'homme. Celui-ci, grâce à son intelligence, a asservi le monde animal. Les ordinateurs, en devenant de plus en plus puissants et "intelligents" (????) ne vont-ils pas à leur tour asservir l'homme. Pour Harari, les religions ne sont que des fictions qui pour l'instant semblent dominer le monde. Mais l'homme augmenté ne va-t-il pas abandonner ces fictions qui, avec les progrès de la connaissance et de la science, vont devenir obsolètes au profit d'une révolution humaniste qui va (enfin ?) placer l'homme au centre du monde.
Mais est-ce que les neuro-sciences et les progrès foudroyants de l'intelligence artificielle ne vont pas rendre l'Homo Sapiens complètement inutile. Ou bien l'homme augmenté ne va-t-il pas predre la place des dieux et devenir cet "Homo Deus" ?
"Si la révolution agricole a donné naissance aus religions théistes, la révolution scientifique a accouché des religions que j'appellerai humanistes, dans lesquelles les humains ont remplacé les dieux".
" L'idée même d'âme contredit les principes les plus fondamentaux de l'évolution".
Retour page d'accueil du site